Mieux qu’un Raspberry PI ?

Le Raspberry PI aura révolutionné le monde des hackers, la vulgarisation du développement dans les écoles, sans parler des applications dérivées type média center low cost !

D’autres fabricants se placent sur la niche, et l’on a du bon, du très bon.
Par exemple, cette carte, de ODROID.

A la base, ça ressemble à un Raspberry. Même type de format que le Raspberry B+, même connecteur GPIO, de l’USB (4 ports), une sortie HDMI…
Bon, pas de quoi s’exciter ?

Et pourtant… Pour le même prix qu’un Raspberry ($35), les spécifs accrochent…
On a déjà vu d’autres alternatives plus puissantes au PI, mais pas vraiment dans la même gamme de prix.
Ici, whaouh !

Tout d’abord, des périphériques intégrés :
– Ethernet GIGABIT
– Port Infra Rouge

Coté puissance de calcul, un GPU/VPU pour faire du décodage vidéo hardware (Mali 450).

La mémoire ? 1Gb de SDRAM DDR3. Pas mal !
Enfin, le processeur : un quad core à 1.5Ghz… c’est un cortex A5.

Coté stockage de masse, un slot micro SD, et surtout un socket pour module eMMC.
Ce format permet d’avoir de la mémoire de masse bien plus rapide qu’une micro SD.
Un jumper permet de sélectionner le média sur lequel booter.

La carte permet de faire tourner Ubuntu 14.04 et Android KitKat 4.4.

ODROID C1

Il y a un os ?

Où est l’arnaque ?
C’est la première question qu’on se pose quand on voit les specs et le prix de ce joujou.
Première chose à remarquer, si on veut débrider la bestiole, le module eMMC est de rigueur.
Compter $25 pour 8Gb. Quand même. Ceci dit, on peut s’en passer, ça boote moins vite mais selon les applications, ce n’est pas forcément redhibitoire.
A noter que le module eMMC est livré avec un lecteur de eMMC qui émule une carte MicroSD, pour pouvoir le lire sur un PC.
Pas de port Sata (mais on peut brancher un disque externe USB)
Pas de wifi intégré (mais un dongle usb fait l’affaire)
Le connecteur GPIO est *presque* compatible avec celui du raspberry, pas pas à 100%. LA prudence sera de rigueur avant tout branchement.
Pas de sortie Audio non plus, mais là également, une carte son USB fait le job.

On remarquera que tout le code n’est pas encore open source, mais ça va se débloquer dans les mois à venir.

Une chose: pensez à utiliser une carte SD de classe 10 (les plus rapides) sinon ça va ramer quand même.

Pour qui ?

A qui s’adresse cette carte ?
Déjà, prudence avant de parler de « Raspberry PI Killer ».
Ce qui fait la force du Raspberry, ce ne sont pas ses specs, mais la communauté autour du produit, et l’énorme quantité de tutos qui le concernent.
Pour tout ce qui est prjets de hack, d’éducation, le Raspberry a encore bien sa place pour un moment.

Par contre, pour des applications peut être plus grand public (typiquement, media center), là aucun souci : ça tourne out of the box, avec des perfs bien supérieures à celles d’un PI.
Et l’interface IR se révèle bien utile…

Pour utiliser comme machine légère de développement linux, c’est également parfait. Il y a largement de quoi faire.
Etant donné la puissance de calcul, l’ethernet gigabit et le GPU, on peut même penser à des clusters de calcul en parallèle. Un super computer à base de ODROID-C1, ça doit dépoter autrement que le même cluster de Raspberry…

Voilà, si vous voulez me faire plaisir ce Noël, vous savez quoi m’offrir 😉

Et où ça se trouve ?

ODROID-C1 : le site officiel
Le magazine ODROID avec des tutos et des exemples (an anglais)
Le Wiki de Odroid

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *